• Thibault C

Est-ce que la papeterie va disparaître ?

Dernière mise à jour : 24 janv.



Dans un monde de plus en plus digitalisé, avec des outils de plus en plus intelligents, qui permettent une prise de notes rapide et directement exploitable et partageable sur d’autres supports informatiques, le monde de la papeterie (prise de notes et correspondance manuscrite) connait de grands bouleversements, est-il en danger pour autant ?


Un secteur qui connaît des crises et de multiples consolidations de marché


Avec l’avènement de l’e-mail à la fin des années 90, Le secteur des lettres et de la correspondance papier a connu une chute libre.


Aujourd’hui on peut dire que l’industrie de la papeterie a déjà essuyé le plus gros de l’impact du digital sur son secteur.


Aujourd'hui les entreprises réduisent leur consommation de papier principalement pour des raisons de coûts (beaucoup ne se sont toujours pas remises de la crise de 2008 et celle du COVID en a rajouté une couche) et plus récemment pour des raisons écologiques.


Les acteurs du marché sont confrontés depuis plusieurs années à des pressions fortes, de diverses natures venant de toutes directions :

- forte concurrence,

- hausse des coûts des matières premières,

- prix bas de la grande distribution,

- changement de comportement d’achat des consommateurs.


Ces dernier mois le secteur a connu une hausse de 60 % de la pâte à papier, les acteurs du secteur ont toujours été sous la pression de la concurrence et ont dû absorber grande partie de ce surcoût en baissant leur marge puisque leurs prix n'ont augmenté que de 15 à 25 %*.


Ces diverses instabilités sur les dernières décennies ont eu pour conséquence de nombreuses consolidations : rachat, fusion, quand ce ne sont pas de simplement les acteurs qui mettent la clé sous la porte. Pour illustrer cela on peut prendre le nombre d'imprimerie en France qui était de 4000 en 2011, et qui est passé à 3000 en 2019*.


Néanmoins le secteur de la papeterie a connu ces dernières années une hausse au niveau mondial de 5 % entre 2019 et 2025*. Cette tendance étonnante traduit la volonté des acteurs à innover, à proposer des nouveautés liées aux nouveaux modes de consommation, à optimiser les chaînes de production pour les rendre moins coûteuse et plus performantes.


Il est très difficile de dire si le secteur de la papeterie dans sa totalité est amené à disparaître, car personne ne peut voir l'avenir. Par exemple la production de papier carton avec lequel on fait les emballages de colis n'a jamais été aussi élevé :


La production de ces « papiers pour ondulés » qui constituent les cartons utilisés par tous les acteurs de la vente en ligne, d’Amazon à Cdiscount en passant par la Fnac, a augmenté de 10,3 % entre janvier et fin octobre 2021

Le Monde économie - La demande et les prix des cartons d’emballage explosent



A l'inverse, au vu des outils dont nous disposons aujourd'hui il est probable que le secteur de la correspondance soit voué à disparaître à petit feu.


* podcast "L'impression" de La Niche - études de marchés - de Businesscoot.


Est-ce que les supports papier pour prendre ses notes pourraient disparaître totalement ?


Actuellement sur le marché il n’existe pas de système de prise de notes aussi fluide et instinctif que le papier pour une première ébauche : c’est-à-dire passer d’une idée qu’on a dans sa tête à une première retranscription concrète. Souvent on utilise le papier comme un premier support, et on met au propre à l’ordinateur. J’ai écrit un article entier sur ce sujet, vous pouvez le lire ici.


Pour que le digital puisse détrôner le papier là où il est plus fort : c’est-à-dire comme système de prise de notes instinctif. Le digital devra fournir une technologie poussée pour offrir une souplesse et une instantanéité que seul le papier propose aujourd’hui.


Il faudrait donc beaucoup d’innovation et une très grande avancée technologique, car si le papier pouvait être remplacé par une simple tablette cette révolution aurait déjà eu lieu avec l’iPad, ou autre tablette qui vendent un système de prise de notes fluide et instinctif.


Conclusion


Je pense que le papier a encore de beaux jours devant lui, disons pour les 50 prochaines années à venir. Le visionnaire qui transformera le processus de fabrication du papier, et rendra le métier d’imprimeur obsolète, n’a pas encore vu le jour. En attendant cette industrie continuera à connaître des crises de matières premières et une forte concurrence.

30 vues