• Thibault C

Papa Flamingo fait du Greenwashing

définition de Greenwashing : Le green washing, ou en français l’éco blanchiment, consiste pour une entreprise à orienter ses actions marketing et sa communication vers un positionnement écologique. C’est le fait souvent, de grandes multinationales qui de par leurs activités polluent excessivement la nature et l’environnement. Alors pour redorer leur image de marque, ces entreprises dépensent dans la communication pour « verdir » leur image, c’est pourquoi on parle de green washing.


http://www.greenwashing.fr/definition.html



Il y a quelques semaines je faisais un pitch pour un événement d’entrepreneurs (que je ne citerai pas car ce n'est pas le sujet).


Lors de la séance questions-réponses à la fin du pitch, certains participants et organisateurs ont mentionné le mot Greenwashing en parlant de l’offre et des produits que propose Papa Flamingo.


Mes poils se sont hérissés dès que j’ai entendu ce mot et je n’ai pas pu m’empêcher d'afficher un grand sourire sarcastique.


Il faut savoir que dans le monde tout à fait passionnant et très sélect des entrepreneurs français il y a un certain nombre d’entrepreneurs qui sont dédiés à fond au Green. C’est-à-dire que leur business model est entièrement tourné vers le green, quitte à faire passer leur rentabilité au second plan, ce qui a pour conséquence que ces projets entrepreneuriaux finissent souvent comme des associations ou des O.N.G. plutôt que de "véritables entreprises".


Donc du point de vue de ces acteurs (qui ne sont d’ailleurs pas que des entrepreneurs, ils y a également des investisseurs, des coachs, des incubateurs, il y a tout un écosystème) Papa Flamingo n’est pas réellement Green car la société ne propose "que des produits en papier recyclé ", et selon eux ce n'est pas assez pour en faire une marque Green ou éco-responsable.


Un des organisateurs de l'événement m'a conseillé de consolider mon offre Green car je pourrais la commercialiser auprès d'une nouvelle cible plus engagée. On peut saluer la bienveillance du conseil, mais en discutant avec cette personne je me suis rendue compte qu'elle avait la sensation que les entreprises "vraiment engagées" étaient légion (c'est à dire des entreprises pour lesquelles acheter des carnets en papier recyclé n'est pas une démarche assez forte par exemple).


Je suis en total opposition avec cette vision.


Pour moi ces personnes vivent dans une réalité parallèle, une réalité où tout le monde n'a que pour seul intérêt la sauvegarde de la planète, le recyclage de matières premières, les énergies vertes et non polluantes, la responsabilisation des citoyens etc. Ils vivent dans un monde où les gens achètent leur produit vaisselle au litre dans des bocaux en verre, s'habillent aux fripes etc... bref vous avez compris l'idée.


Souvent quand on est "enfermé" dans un microcosme on a tendance à extrapoler la réalité qui se présente sous nos yeux pour en faire une généralité. C'est pour cette raison que cette personne entourée d'entreprises engagées pensait que le marché était vraiment conséquent. Pour avoir démarché des entreprises de toutes tailles, de tout secteur d'activité, partout en France, en réalité ce marché est très limité. De plus une entreprise "très engagée" ne veut pas dire une entreprise avec des "budgets goodies" conséquents. Ce sont deux choses totalement décorrélées.


La réalité c’est que ces personnes vivent dans un écosystème très restreint, qui vit dans l'entre-soi et s'auto-alimente. Dans la vie de tous les jours, si on regarde la France dans sa globalité : pour beaucoup d’entreprises c’est déjà un grand pas que de préférer un produit éco-coresponsable à un produit standard.


Par exemple pour un carnet personnalisé utiliser du papier recyclé coûte plus cher que d’utiliser un papier plus basique. Il existe beaucoup plus de possibilités de choix de papier non recyclé et donc il est plus facile d'en trouver un moins cher qu’un papier recyclé, le prix de ce dernier étant un petit peu au-dessus de la moyenne.


J'ai un blocage avec la frénésie du Green. Je ne suis pas très a l’aise avec la course aux médailles de Mickey qui consiste à cumuler les labels éco-responsables. Il faudrait par exemple que Papa Flamingo soit un ESAT (c’est-à-dire un établissement qui fait travailler des personnes handicapées), il faudrait par exemple que Papa Flamingo propose des encres végétales (seulement accessibles en offset et donc par conséquent inaccessibles à la plupart des entreprises car il faut des commandes en grandes quantités), il faudrait que pour chaque carnet acheté un arbre soit planté ou qu’un bébé phoque soit sauvé etc.


La raison pour laquelle je refuse de faire ça est que ce n’est pas ce qui intéresse mes clients. Mes clients ont des problématiques de coûts, mes clients, il y a un an, achetaient du Made in China. Mes clients sont parfois des grosses structures et il leur faut du temps pour prendre des virages. Papa Flamingo a décidé d'adapter son offre à ce que veulent ses clients.


Mon métier n'est pas de construire l'offre la plus Green au monde pour pouvoir discuter avec des entreprises qui n'ont pas assez de budget pour acheter mes produits, mon job c'est de vendre mes carnets personnalisés.

281 vues